"De l’Irlande en 1847 à Notre-Dame-de-la-Paix, en Outaouais"

La conférence aura lieu le jeudi 6 octobre 2016 à 19 heures à la Maison de la culture de Gatineau située au 855, boulevard de la Gappe, 2e étage, local 211, à Gatineau.

De l’Irlande à Grosse-Île à Saint-Henri, de Saint-Laurent jusqu’à la Petite-nation en Outaouais, il sera question des Irlandais Bushell et Lynch, des sœurs de Sainte-Croix et des Deguire, patronyme de la mère de Madame Lamarche. Celle-ci plus romancière qu’historienne, vient nous présenter ses recherches qui l’ont conduite à la rédaction des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées. Le troisième, Les têtes dures, est en cours d’écriture.

Claude Lamarche est née à Saint-Eustache-sur-le-Lac en avril 1950. À 20 ans, elle termine son baccalauréat en pédagogie à l’école normale Jacques-Cartier, à Montréal, s’établit dans la Petite-Nation et enseigne pendant huit ans. Années pendant lesquelles elle publie deux romans adultes, deux romans jeunesse et, avec son père, Jacques Lamarche, elle co-signe quelques livres scolaires. À partir de 1979, et ce pendant vingt ans, elle travaille en tant qu’infographiste, monteuse en page et même rédactrice aux Éditions de la Petite-Nation, propriétaires de l’hebdomadaire La Petite-Nation. En 2000, elle renoue avec l’édition en publiant quelques essais à compte d’auteur. En mars 2005, la maison d’édition Écrits des Hautes-Terres publie la biographie Jacques Lamarche, Un homme, une époque. Après la biographie sur son père, Claude Lamarche s’intéresse aux ancêtres de sa mère, des Irlandais. Commencent alors de longues années de recherches et d’écriture. En 2011, Vents d’ouest a publié son roman Les Têtes rousses et en 2015 Les têtes bouclées.

La conférence aura lieu le jeudi 6 octobre 2016 à 19 heures à la Maison de la culture de Gatineau située au 855, boulevard de la Gappe, 2e étage, local 211, à Gatineau.

Entrée libre. Contribution volontaire. Renseignements : info@craoutaouais.ca ou 819 243-2345, poste 3205.

 

Cette conférence est une initiative du Centre régional d’archives de l’Outaouais (CRAO).