Liste des municipalitésAccueilListe des maires de l'OutaouaisListe des 
	échevins de l'Outaouais

James Baillie

Fiche biographique

Naissance : 1860

Décès : 1935

Mandats

Échevin, Aylmer (1851)

Échevin, Aylmer (1852)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1895)

Échevin, Aylmer (1895)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1896)

Échevin, Aylmer (1896)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1897)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1901)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1902)

Échevin, Aylmer (1902)

Échevin, Aylmer (1903)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1905)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1906)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1907)

Échevin, Hull-Sud (canton) (1908)

Échevin, Aylmer (1908)

Maire, Aylmer (1914-1916)



Biographie

Les parents de James Baillie, James Baillie père, originaire de Motherwell en Écosse, et Elizabeth Gow, de Glasgow, également en Écosse, arrivent à Aylmer en 1850. Leur fils James naît en 1860 .

James épouse Jessie Catherine McIntosh des Cantons de l’Est et ils ont un fils, William McIntosh

James père, un ébéniste, ouvre un atelier sur le côté nord de la rue Principale quelques années après son arrivée. Ses fils, James et William, suivent son exemple et deviennent eux aussi ébénistes. En 1890, ils font construire une scierie à vapeur sur les bords du lac Deschênes au sud-est de l’emplacement du dernier quai public au pied de la rue Principale. Ils sont inscrits comme constructeurs de bateaux et marchands de bois dans l’annuaire de 1890-91. En 1909, ils obtiennent une exemption de taxes municipales pour une période de dix ans en raison de la situation économique difficile à cette époque .

James Baillie arrive au conseil en 1895, à l’âge de 35 ans, et il sert deux ans. Il revient de 1902 à 1904 avec le maire Thomas Symmes et de 1908 à 1910 .

Il est maire de 1914 à 1916, c.-à-d. durant la première moitié de la Première Grande Guerre .

Aux élections de janvier 1914, alors que la population d’Aylmer est de 3 393 personnes, les électeurs rejettent un règlement d’emprunt de 8 000 $ pour remplacer les trottoirs de bois par des trottoirs en ciment. Ils rejettent aussi un emprunt de 15 000 $ pour allonger de 2000 pieds le tuyau d’alimentation en eau dans le lac .

En février, les résidants réalisent qu’ils n’ont pas bien compris l’objet du règlement d’emprunt concernant l’extension du tuyau d’eau et ils demandent un autre vote .

Le 7 juillet 1915, la discussion sur l’extension du tuyau d’eau est tellement houleuse que cinq conseillers sur six démissionnent. Il ne reste plus au conseil municipal que Thomas Ritchie fils et le maire Baillie, appuyé par le secrétaire-trésorier, Arthur Malherbe. Une élection est tenue au mois d’octobre suivant et le maire Baillie remporte la victoire ainsi que trois des conseillers qui avaient démissionné en juillet .

Pendant ce temps, le projet d’extension du tuyau d’eau a été bloqué et une épidémie de fièvre typhoïde frappe Aylmer. Les médecins blâment la qualité de l’eau. À la fin de novembre, le Dr Quirk a traité 48 cas, le Dr Hudson, 30 et le Dr Church, 50. À la fin de décembre, 128 personnes sont atteintes de la fièvre typhoïde et quinze personnes en sont décédées .

La scierie Baillaie a été la dernière en opération sur le territoire d’Aylmer, fermant ses portes en 1940.

James Baillie meurt en 1935, à l’age de 75 ans.

En ce temps-là…

En juin 1914, l’Ottawa Valley Motor Association proteste contre les coûts de péage exhorbitants exigés par la compagnie Aylmer and Bytown Turnpike, propriétaire du chemin d’Aylmer. Le conflit se termine en cour où le juge Chauvin tranche en faveur de l’Association et impose une amende de 2 000 $ à la compagnie si le poste de péage n’est pas fermé immédiatement .

Nous ne possédons pas de données sur l’utilisation du site de la scierie Baillie entre 1940 et 1954. Les beaux-frères Gerard Moerman et Han Teunissen, des menuisiers qui ont émigré de Hollande en 1951, achètent en 1954 la propriété qui appartient alors à un certain monsieur Barr. Gerard et Han y ouvrent un commerce de matériaux de construction qu’ils vendent à André Lacasse en 1972 .

André Lacasse exploite l’entreprise Matériaux Aylmer-Lucerne sur ce site jusqu’en 1987, puis il déménage le commerce dans des locaux plus spacieux. Le commerce est géré aujourd’hui par la fille d’André, Josée Lacasse .