Liste des municipalitésAccueilListe des maires de l'OutaouaisListe des
	échevins de l'Outaouais
John-Joseph-Edmond Woods

SGDAVG - A001

John-Joseph-Edmond Woods

Fiche biographique

Naissance : 1850

Décès : 1928

Mandats

Maire, Aylmer (1898-1900)



Biographie

Le docteur Woods est le fils de John Robert Woods et de Zoé Desautels.

Il obtient son doctorat de l’université McGill en 1875, à l’âge de 25 ans. En 1876, il loue la maison de feu le Dr Peter Howard Church au 47, rue Centre (Denise-Friend). Il habite dans cette maison où il reçoit ses patients jusqu’au moment de son mariage .

Il épouse Corinne, la fille du juge Bourgeois, en 1883. La même année, il se fait construire au 43, rue Principale, une résidence où il installe également son bureau de médecin. Le couple a sept enfants : Frances Marie Adèle, Zoé Parmillia, Louis-Joseph Georges Eugène, Joseph Charles, Corinne Marie Azilda, Louisa Anna Corinna et John Edmond Bourgeois .

En novembre 1885, le bureau de santé d’Aylmer nomme les Drs Woods et John Church vaccinateurs publics et leur enjoint de passer de porte en porte pour vacciner le plus de personnes possible. À la même occasion, le Dr Woods est nommé officier médical chargé de superviser l’inspecteur de la santé et du bien-être .

Le Dr Woods a la réputation d’être un orateur de grand talent. Selon le Aylmer Times du 22 avril 1885, il retient l’attention des invités du capitaine et de Madame Goulet, lors d’une veillée organisée chez ces derniers. On y célébrait la décision du juge McDougall de rejeter la demande pour déloger le capitaine de son poste de conseiller municipal.

Élu maire le 31 janvier 1898, le Dr Woods ne passe que deux ans à la mairie.

En 1918 à l’âge de 68 ans, il est nommé inspecteur des asiles et des prisons de la province de Québec en remplacement du Dr John Aylen. Il quitte alors Aylmer pour s’installer à Lachine, au Québec .

Il meurt à Lachine en 1928.

En ce temps-là…

En 1898, la ville place des annonces dans les journaux de Montréal, de Québec, de Toronto, d’Ottawa et de Hamilton dans le but de stimuler l’essor économique de la ville et promouvoir ses avantages fiscaux. C’est à cette époque que les scieries Conroy, Ritchie, Baillie et Mulligan connaissent leur apogée .

En 1898, Clovis Mainville, un jeune homme de 21 ans, arrive à Aylmer pour travailler au salon de barbier d’Alexandre Trottier. Il épouse Ada, la fille du patron, et s’installe ici en permanence. Il ferme son salon de barbier 66 ans plus tard, en 1963, à l’âge de 86 ans .